top of page
Henri et Françoise.jpg
Retour d'expérience sur le Chemin d'Amadour en Gironde 
De Soulac-sur-Mer à Bordeaux

Une itinérance en 4, 6 ou 7 jours dans le Médoc

Henri et Françoise, un couple de retraités passionnés de randonnée et de nature, ont décidé de se lancer dans une nouvelle aventure : parcourir le chemin d'Amadour de Soulac-sur-Mer jusqu'à Bordeaux.

 

Ils ont choisi de partir en septembre pour profiter des douces températures et des magnifiques lumières automnales, évitant ainsi la foule des stations balnéaires en haute saison. Ce timing leur permettait également de traverser les vignobles en pleine période de vendanges, ajoutant une dimension pittoresque à leur voyage.

Ils ont décidé de commencer leur périple un lundi, en tenant compte des marchés locaux et artisans présents sur les jours de la semaine correspondant aux étapes traversées.

Motivés par leur soif de découverte et leur désir de rester actifs, ils ont planifié ce périple avec soin. Leur objectif : explorer les paysages magnifiques du Médoc tout en essayant de se ravitaillant avec des épiceries et boulangeries et des restaurants abordables, en trouvant des hébergements à des tarifs accessibles, tout en pratiquant la mobilité douce sans utiliser leur véhicule.


Ils recommandent fortement de réserver les hébergements à l'avance, car ils sont souvent en nombre limité le long du chemin.

Voici le récit de leur expérience de sept jours, qu'ils ont bien voulu nous partager sur ce chemin emblématique. Nous y avons ajouté tous les liens pratiques et touristiques pour vous faciliter votre itinérance.

JOUR 1, LUNDI :
Soulac-sur-Mer (départ)

Notre aventure a commencé à Soulac-sur-Mer, une charmante petite ville côtière. Mon mari et moi sommes arrivés vers 12h45, après avoir pris le train de Bordeaux à 11h00. Le trajet de 1h40 a été confortable et nous a coûté 20€ par personne. Il est bon de savoir qu'il y a jusqu'à six trains par jour reliant Bordeaux à Soulac-sur-Mer, offrant une grande flexibilité pour les voyageurs.

Sur place, nous avons profité du front de mer et de la ville balnéaire, qui ne manque vraiment pas de charme. Et bien entendu, nous n'avons pas manqué d'entrer dans la basilique Notre-Dame-de-la-fin-des-Terres. Là, nous avons été émerveillés en découvrant les reliques de sainte Véronique et de Zachée (Amadour), symbolisant le départ de notre chemin d'Amadour.

À proximité de la basilique, nous nous sommes rendus au marché municipal et dans les épiceries voisines pour nous approvisionner. Nous avons trouvé tout ce dont nous avions besoin pour le repas du soir et pour nos provisions du lendemain, sans oublier l’eau !

Le lendemain, notre première étape de randonnée sur le chemin était estimée à 28 km jusqu'à Saint-Vivien-de-Médoc. Pour raccourcir ce trajet de 4 km, nous avons décidé de passer la nuit au camping 4 étoiles Paradis les Pins, idéalement situé à seulement 600 mètres du chemin. 

Nous nous sommes donc lancés sur le chemin d’Amadour jusqu’à l’hébergement, aidés du guide et de la trace gpx sur nos téléphones, et pour environ 40€, nous avons pu profiter d'une nuit confortable dans une charmante cabane.

Coûts de la journée :
Aller simple en train Bordeaux / Soulac-sur-Mer : 20€ par personne
Nuit au camping Paradis les Pins, pour 2 personnes : 40 à 50€
Ravitaillement : 20€

 

JOUR 2, MARDI :

De Soulac-sur-Mer à Saint-Vivien-de-Médoc

Nous voilà partis pour notre randonnée !

Cette deuxième journée a été marquée par des paysages magnifiques le long de la Gironde. Nous avons quitté Soulac-sur-Mer pour Saint-Vivien-de-Médoc, un trajet de 25,5 km. En chemin, nous avons fait une halte au petit port de Talais, où les cabanes en bois pittoresques nous ont charmés. À la Kabane, nous avons dégusté des huîtres de Talais et un verre de vin du Médoc, un délice ! Il y a aussi des planches de charcuterie, des crevettes ou simplement un café !

La beauté des paysages nous a émerveillés tout au long du chemin, avec l’estuaire de la Gironde à notre gauche et les vastes étendues de prés et de marais à notre droite. Nous vous conseillons vivement de porter une casquette et d'emporter suffisamment d'eau, car le chemin est souvent exposé au soleil et manque d'ombre.

Si l’étape de 27 km mentionnée dans le guide vous semble intimidante, vous pouvez bifurquer depuis la sortie du port de Talais en empruntant le chemin Les Baluards pour rejoindre le camping La Rivière (tente à 13€ la nuitée)  à 1,8 km. Cette option réduit l’étape à un total de 18 km.

Sur le chemin, au port de Saint-Vivien, un artisan boulanger vend son pain naturel et fait maison dans une petite cabane, mais uniquement le mercredi et le samedi de 10h à 12h tout le long de l’année ! 

Arrivés à Saint-Vivien-de-Médoc, nous avons trouvé refuge au Camping Le Saint Vivien pour 50€ la nuit en mobile home, une réservation qui s'est avérée être une excellente idée, d'autant plus qu'il est situé à seulement 400 mètres du chemin. À noter cependant que ce camping n’est ouvert que de Pâques à fin octobre !

Avant d'arriver au camping, nous avons fait un arrêt au SPAR du village pour nous ravitailler pour le soir. Pour le lendemain, nous sommes allés au marché local qui n'est ouvert que le mercredi matin. Il est crucial de prévoir de quoi se restaurer et boire pour l'étape suivante, car avec 32 km jusqu'à Saint-Christoly-Médoc, les opportunités de restauration sont rares et il n'y a pas d'épicerie en chemin. Nous vous conseillons aussi de prendre aussi pour le jour 4 (sans le pain, on en à Saint-Christoly-Médoc) car on retrouve les mêmes conditions jusqu’à Pauillac même s' il y a un restaurant au milieu de l’étape (“le numéro 33”).

La soirée s'est passée tranquillement, avec un repas simple que nous avions préparé nous-mêmes, profitant de la tranquillité du camping après une journée bien remplie.

Coûts de la journée :
La Kabane de Talais : 15€  (ouvert de mi-avril à fin septembre)

Camping La rivière : 10 à 13€ l'emplacement de tente
Nuit au camping Le Saint Vivien, pour 2 personnes : 50€ (de Pâques à fin octobre)
Ravitaillement : 30€

 

JOUR 3, MERCREDI :

De Saint-Vivien-de-Médoc à Saint-Christoly-Médoc

Devant l’église de Saint-Vivien, le petit marché local nous accueille chaleureusement en ce mercredi matin. Nous en profitons pour faire quelques réserves de fruits frais et d'autres aliments pour notre pique-nique. L’ambiance du marché, avec ses étals colorés et ses produits frais, ajoute une touche vivante à notre journée.

L’endroit idéal pour pique-niquer est au phare de Richard, situé à environ 16 km de Saint-Vivien-de-Médoc. Avec ses tables en bois et la vue sur le phare entouré des pittoresques carrelets, les petites maisons de pêcheurs, l’endroit est parfait pour une pause déjeuner. Nous y avons savouré notre repas en profitant de la tranquillité et du charme unique de cet endroit.

Au total, nous avons parcouru 32 km jusqu'à Saint-Christoly de Médoc. La journée a été longue mais gratifiante, avec des paysages à couper le souffle et des moments de silence apaisants. Entre les repères 16 et 17 du guide, nous avons suivi les bords de la Gironde de trop près, nous obligeant à revenir sur nos pas. Ce petit détour a ajouté un peu de piquant à notre journée, même si nous ne savions pas vraiment si c'était dû au fléchage ou à une erreur de notre part. Nous avons regretté de ne pas avoir vérifié sur notre GPS !

Le chemin longe l’estuaire et traverse les magnifiques vignobles et châteaux du Médoc. La beauté des paysages, avec l’estuaire et les vignobles en toile de fond, est un véritable régal pour les yeux. Un viticulteur nous a expliqué que prendre des raisins pouvait condamner la récolte du pied de vigne, il est donc crucial de ne pas cueillir ni manger des grains de raisin sur le trajet, par respect pour les propriétaires privés.

Notre nuitée à la chambre d'hôte "Chai Paulette" (89€) a été une expérience charmante. Située dans un château viticole en centre-ville, la propriété est tenue par une ancienne candidate de  "L'amour est dans le pré", très aimable et de bons conseils, d'autant plus que nous ne connaissions pas cette émission !

En cas d'absence de ravitaillement, juste à côté de l'hébergement, un distributeur automatique de pain peut vous permettre de ne pas manquer de provisions essentielles.

La journée s'est terminée sur une note apaisante, dans le confort de notre charmant hébergement, après une journée riche en découvertes et en beauté naturelle.

Coûts de la journée :
Marché local : 10€
Chambre d'hôtes “chez Paulette”, pour 2 personnes : 89€

 

JOUR 4, JEUDI :

De Saint-Christoly de Médoc à Pauillac

 

Le quatrième jour nous a conduit à Pauillac après 25 km de marche.


Les vignobles étaient omniprésents et les vendangeurs aussi !

Si vous n’avez pas votre pain récupéré le matin même à Saint-Christoly-de-Médoc et les ravitaillements du jour 2, ne désespérez pas ! : au bout de 16 km, nous avons trouvé le restaurant “le numéro 33” à Saint-Estèphe, ouvert tous les jours de 12h à 14h (sauf le dimanche). C’est le seul endroit où vous pourrez manger des plats aaux prix abordables en profitant d’un panorama sur l’estuaire, que l’on aura déjà vu toute la journée, mais autant en profiter car après Pauillac, on le croisera beaucoup moins !

Pauillac possède deux supermarchés proches du chemin, qui permettent un ravitaillement en eau et denrées alimentaires facilement pour la soirée et le lendemain (surtout si c’est un dimanche où les restaurants sont fermés).

Nous avons passé la nuit chez Didier pour 55€, une chambre d'hôte accueillante et confortable, à 800m du chemin. La ville, célèbre pour ses vins, offrait de nombreuses opportunités de dégustation et des restaurants de qualité.

Si vraiment vous n’avez pas de réservation pour dormir, l’office de tourisme de Médoc Vignobles est sur le chemin aussi, ils pourront sûrement vous trouver une solution de repli.

À Pauillac, vous avez la possibilité d’interrompre votre itinérance, de vous rendre à la gare, à 400m du chemin et de rentrer sur Bordeaux (1h07 pour 13€ par personne).

Coûts de la journée :
Le numéro 33, restaurant : 15€ par personne
Chez Didier à Pauillac, hébergement pour 2 personnes : 55€
Courses en supermarché pour le lendemain : 20€

Aller simple en train Pauillac/Bordeaux : 13€ par personne

 

JOUR 5, VENDREDI :

De Pauillac à Cussac-Fort-Médoc

 

Nous avons quitté Pauillac pour nous diriger vers Cussac-Fort-Médoc. Après avoir parcouru environ 8 km, nous sommes arrivés à Saint-Julien-de-Beychevelle où nous avons fait une pause bien méritée au Bistrot de chez mémé. Le menu du jour, à 15€ par personne, était délicieux et nous a redonné des forces pour la suite de notre périple.

Pour rejoindre notre hébergement, , le studio médocain, réservé au Vieux Cussac, nous avions deux options : soit bifurquer au point 30 du pas à pas du topoguide en empruntant des petites routes à travers les vignes, réduisant l’étape du jour à 25 km, soit continuer jusqu'au Fort-Médoc, situé sur le chemin, pendant 30 km. Nous avons choisi la deuxième option, attirés par l'idée de visiter ce fort classé Monument Historique.

Arrivés au Fort-Médoc, nous avons payé 4€ par personne pour l'entrée et profité de ce lieu paisible, ouvert en septembre jusqu’à 19:00. La visite a été fascinante et nous a offert un moment de repos avant de parcourir les derniers 2 km jusqu’à notre studio.

Notre studio, réservé à l’avance, situé face aux vignes, coûtait 50€ pour la nuit. Il était agréable et reposant, offrant un répit bien mérité après une journée d'effort. La cuisine aménagée nous a permis de préparer un repas avec les aliments achetés la veille à Pauillac. Nous avons ainsi terminé notre journée en toute tranquillité, savourant un dîner simple et réconfortant dans le calme de notre hébergement.

 

Coûts de la journée :
Visite du Fort-Médoc : 4€ par personne (Fermeture annuelle en décembre et janvier)
Bistrot chez mémé, menu : 15€ (fermé le dimanche)
Le studio médocain : 50€ la nuit

 

JOUR 6, SAMEDI :

De Cussac-Fort-Médoc au Pian-Médoc

Le sixième jour nous a conduit au Pian-Médoc après environ 25 km de marche.

En partant de notre studio médocain, nous avons bifurqué pour trouver, à 1,5 km, la boulangerie O Traditions Gourmandes, située sur la rue principale à Lamarque, afin de prendre quelques provisions. Après cette halte gourmande, nous avons rejoint le chemin au niveau de l’embarcadère de Lamarque, à 1,3 km de là.

De l’embarcadère, nous avons continué notre route vers la petite ville de Margaux, à 7 km de distance. Ici, nous avions la possibilité d’interrompre notre itinérance et de nous rendre à la gare, située sur le chemin, pour rentrer à Bordeaux en 50 minutes pour 8,5€ par personne. Cependant, nous avons choisi de poursuivre notre aventure.

Le chemin nous a conduits à travers le parc naturel du Médoc, riche en forêts et prairies, un véritable régal pour les yeux. Après encore 7 km, nous sommes arrivés dans la ville d’Arsac, où nous avons trouvé un point de restauration et de ravitaillement au Coccimarket, ainsi que plusieurs restaurants et boulangeries. Cela nous a permis de nous préparer pour la dernière traversée du parc avant d’atteindre Le Pian-Médoc.

Au Pian-Médoc, pour la dernière nuit de cette itinérance de 7 jours, , nous voulions nous faire plaisir, donc nous avons choisi de dormir dans une chambre d’hôtes, le Wine Hôte, qui dispose d’une piscine et d’un spa. Pour 100€, cet hébergement nous a offert un véritable havre de paix, idéal pour reposer nos jambes et nos corps après ces longues journées de marche. Le lendemain matin, nous avons savouré un petit déjeuner copieux, prêts à affronter la dernière étape de notre périple.

Coûts de la journée :
O traditions gourmandes : 10€
Ravitaillement à Arsac : 15€
Wine hôte, chambre d’hôtes pour 2 personnes : 100€
Aller simple en train Margaux/Bordeaux : 8,5€ par personne

JOUR 7, DIMANCHE :

Du Pian-Médoc à Bordeaux

 

Le dernier jour de notre aventure nous a menés jusqu'à Bordeaux, notre point de départ, après un parcours de 21 km. Cette étape ne pose aucun problème pour trouver de quoi s’alimenter, puisque nous entrons dans la métropole bordelaise.

En chemin, nous avons profité pour visiter la Réserve Naturelle Nationale des Marais de Bruges, dont l’entrée est gratuite. Nous avons parcouru l'itinéraire de découverte de 2,4 km, jalonné de trois observatoires permettant d’observer la faune et la flore des prairies humides. Cette pause nature a été un véritable enchantement.

À Bruges, nous avions l'option de prendre un tramway pour 1,8€ le ticket, afin d’écourter l’étape et de nous rendre directement à la gare de Bordeaux, d’où nous étions partis six jours auparavant. Mais, décidés à terminer notre aventure en beauté, nous avons choisi de marcher jusqu'au centre-ville de Bordeaux et de découvrir son patrimoine bâti et ses célèbres quais qui bordent la Garonne. Sans oublier notre passage par la crypte de la basilique Saint-Seurin, où nous avons découvert le tombeau de Sainte Véronique. Ce moment émouvant a magnifiquement conclu notre aventure dans les pas d'Amadour et de Véronique, rajoutant une couche légendaire à notre aventure.

Enfin, nous avons quitté le chemin d’Amadour au niveau du pont de pierre, puis longé les quais jusqu’à la gare, à 1,5 km de là. Ravis d’avoir parcouru environ 150 km en 7 jours, nous avons savouré chaque instant de cette dernière étape.

Ce chemin d'Amadour a été une expérience inoubliable, pleine de découvertes enrichissantes, de défis stimulants et de moments de pure beauté. Chaque étape nous a offert des paysages époustouflants. Bien que certaines étapes aient été un peu longues en kilométrage, les magnifiques paysages rencontrés en valaient chaque pas.

Nous le recommandons vivement à tous les amateurs de randonnée et de nature, désireux de vivre une aventure authentique et immersive au cœur du Médoc.

Si vous aussi, vous souhaitez nous faire part de vos expériences,

n'hésitez pas à nous écrire par le formulaire de contact !

Relique Sainte Véronique
Plage de Soulac-sur-Mer
Port de Saint-Vivien-de-Médoc
La Kabane à Talais
50217736496_730d0969e2_w_edited.jpg
Port de Saint-Christoly-de-Médoc
Port de Pauillac
Fort-Médoc
Margaux
PNR Médoc
Réserve naturelle nationale des marais de Bruges
Tmobeau de Sainte Véronique
Suricate.jpg
bottom of page