top of page
Représentation d'Amadour et Véronique

La légende d'Amadour
 

METTEZ VOS PAS DANS LA LEGENDE

La légende fondatrice
00:00 / 03:09

Le chemin d'Amadour, avec ses 500 kilomètres sinueux, ou plutôt 600 si l'on inclut ses jonctions, jusqu'aux gares est une épopée pèlerine extraordinaire. Ce sentier sacré, parsemé de 21 étapes, allie la magie des légendes et de l’authenticité des paysages ruraux. En empruntant cette voie, nous sommes entraînés vers des lieux emblématiques des plus grands pèlerinages d'autrefois, inscrits au patrimoine mondial de l'UNESCO. Les abbayes, les églises, les lieux de dévotion, tous témoins immuables de notre histoire, nous plongent dans une dimension mystique et spirituelle.

La chemin nous offre également une exploration des plus beaux paysages du Sud-Ouest, de l'estuaire de la Gironde à la vallée du Dropt, en passant par l’Entre-deux-Mers, les vignobles de Bordeaux et de Bergerac-Duras, la vallée de la Dordogne et les Causses du Quercy. Au gré de nos pas, nous sommes séduits par un patrimoine bâti spectaculaire, où les centres historiques de Bordeaux, Duras, Bergerac et Sarlat rivalisent de beauté avec les châteaux viticoles, les bastides, les châteaux de la vallée Dordogne, les cités médiévales et les "Plus Beaux Villages de France".

Ce chemin légendaire est donc une destination de randonnée incontournable pour les amoureux des histoires, qui savent apprécier les richesses patrimoniales, le charme de la nature et des paysages. En marchant dans les pas d'Amadour, nous nous lançons dans une aventure fascinante, un voyage au cœur de soi-même. C'est une expérience inoubliable qui nous permet de nous reconnecter avec l'essentiel, de nous recentrer sur notre être profond et de nous ouvrir à la transcendance.

Pourquoi donc Soulac - Rocamadour ? Cette question brûlante traversera l'esprit de tout randonneur qui osera se risquer sur ce nouveau parcours. Pour comprendre le lien entre ces deux cités emblématiques, il est nécessaire de se laisser immerger dans une légende qui a traversé les siècles.

Tout commence lorsque Amadour et sa bien-aimée épouse, Véronique, débarquent sur les plages médocaines de la Gironde, non loin de l'actuelle Soulac-sur-Mer. Le couple entreprend alors d'évangéliser la péninsule médullienne jusqu'à Bordeaux. Cependant, le décès de Véronique viendra briser leur épopée commune. La tombe de la défunte se trouve aujourd'hui dans la crypte de la basilique Saint-Seurin à Bordeaux.

Amadour, désormais veuf, quitte Soulac-sur-Mer pour traverser la Gironde, le Lot-et-Garonne et la Dordogne, afin de trouver refuge dans une vie d'ermite sur le site qui deviendra plus tard Rocamadour, dans le Lot. Ainsi, l'histoire relie ces deux villes emblématiques, Soulac et Rocamadour, dans un récit légendaire qui a traversé les âges.

L'invitation pour les randonneurs à découvrir ce parcours est donc lancée : "De l'Océan Atlantique aux Causses du Quercy, mettez vos pas dans la légende !". À chaque étape, les randonneurs auront la chance de découvrir la richesse des paysages et la diversité des légendes qui ont marqué ces terres. La célèbre sportelle, symbole de ces légendes et de ces couleurs, a été utilisée pour représenter l'itinéraire. Elle guidera les pas des randonneurs tout au long de leur parcours grâce à un balisage spécifique.

Chemin d'Amadour par Jean François Gareyte (Agence Culturelle Départementale Dordogne Périgord).

Il convient en préambule de souligner que la vie de Véronique et de Zachée telle que racontée dans la tradition chrétienne relève davantage de la légende que de l'histoire avérée. Les sources historiques fiables sur ces personnages sont très rares, voire inexistantes, et il est donc difficile de distinguer les faits réels des récits légendaires.

La légende…

La légende raconte qu’Amadour et Véronique, témoins oculaires des événements majeurs de la vie terrestre de Jésus, ont été les porteurs d'une histoire extraordinaire, marquée par la foi et la compassion. Ils auraient vu de leurs propres yeux l'entrée triomphale de Jésus à Jérusalem, monté sur un âne et acclamé par la foule en liesse, brandissant des branches de palmier. Ils auraient partagé avec lui le repas pascal, la Cène, où il leur a révélé sa prochaine trahison et sa mort. Ils auraient assisté à son arrestation au jardin des Oliviers, son jugement par le Sanhédrin et sa condamnation par Ponce Pilate. Ils auraient suivi son chemin de croix jusqu'au Golgotha, où il a été crucifié entre deux voleurs.

Mais c'est le geste emblématique de Véronique, à travers lequel elle aurait essuyé le visage de Jésus couvert de sang et de sueur avec un linge blanc, qui a gravé son nom dans l'histoire : La Sainte Face.

Après la mort et la résurrection de Jésus, Amadour et Véronique auraient été baptisés du Saint-Esprit lors de la Pentecôte, une expérience spirituelle qui a transformé leur vie et leur a donné la mission d'annoncer la Bonne Nouvelle à tous les peuples. Mais leur zèle pour la propagation de la foi chrétienne les auraient exposés à la persécution des autorités juives et romaines qui voulaient réprimer le mouvement.

C'est ainsi qu'ils auraient décidé de quitter la Palestine pour se réfugier en France. Ainsi, après avoir navigué sur un bateau avec d'autres disciples, ils auraient atteint les rivages du Médoc.

Soulac aurait été leur premier port d'attache. Et c’est ici qu’ils auraient édifié le premier sanctuaire marial de France, dédié à Notre-Dame-de-la-fin-des-Terres, pour honorer Marie, la mère de Jésus, qui les avait accueillis chez elle à Jérusalem. 

Mais leur mission ne se serait pas limitée à Soulac. Ils auraient arpenté les contrées voisines, portant la Bonne Nouvelle, accomplissant des miracles, guérissant des malades et convertissant des païens. Leur réputation se serait répandue dans toute la région et jusqu'aux confins de la Chrétienté naissante.

Véronique, emportée par la maladie, serait morte en l'an 70 à Soulac, où elle fut enterrée. Son souvenir resta gravé dans les cœurs de ceux qui l'avaient connue et aimée, et son tombeau serait devenu un lieu de pèlerinage pour les fidèles. Sa sépulture se trouve aujourd'hui dans la basilique Saint-Seurin à Bordeaux. 

Amadour aurait continué son chemin, évangélisant les contrées méridionales de la France, jusqu'à trouver refuge en ermite dans une caverne proche de Rocamadour, un lieu sacré où la Vierge noire sera honorée durant de longs siècles.

Il avait renoncé à tout ce qui est superflu, à tout ce qui est matériel, ne gardant que l'essentiel pour survivre. Les rigueurs de la vie d'ermite ne l'auraient pas effrayé, au contraire, elles lui auraient permis de se rapprocher de son créateur.

Pourtant, malgré les épreuves et les difficultés, Amadour aurait trouvé la paix intérieure. Il avait découvert que le vrai bonheur ne se trouvait pas dans les richesses ni dans les plaisirs éphémères de ce monde, mais dans la communion avec Dieu. Sa foi était inébranlable, et il croyait fermement que son sacrifice serait récompensé au-delà de cette vie éphémère. Et ainsi, jour après jour, il avait poursuivi sa vie d'ermite, jusqu'à ce que la fin vienne, douce et paisible, comme une bénédiction divine. 

Aujourd'hui encore, le sanctuaire de Rocamadour attire de nombreux pèlerins venus du monde entier pour prier et se recueillir devant la statue miraculeuse de la Vierge noire.

 

L'histoire d'Amadour et Véronique, qui ont dédié leur vie à la mission divine et à la propagation de la foi, continue d'inspirer des générations de croyants, les incitant à vivre leur vie avec courage, dévotion et foi.

Zachée - Amadour
Représentation de la Cène
Représentation de Jésus Christ
Représentation d'Amadour et Véronique
Représentation d'Amadour et Véronique
Représentation d'Amadour
bottom of page