top of page
Maquette couverture éditions SO.jpg
Chiffres-étapes.png
Train.png

En suivant l’embouchure de la Gironde, le chemin de la légende d’Amadour croise ensuite la route de châteaux viticoles prestigieux, grands crus du Médoc comme le Château Lafite-Rothschild ou encore le château Grand-Puy Ducasse. En arrivant à Pauillac, la balade se finit en bord de quais où on distingue le phare de Patiras qui depuis son île a guidé les navires pendant plus de 100 ans.

1280px-Logo_SNCF_(2005).svg.png

Départs / Arrivées
Gare de Pauillac

étape     21,5km
Saint-Christoly-Médoc - Pauillac

Situé au bord de l’estuaire de la Gironde, Saint-Christoly-Médoc a de quoi plaire. C’est un petit village estuarien à l’atmosphère idyllique.

Le charme de son port opère immédiatement : une jolie placette plantée d’arbres permet des pique-niques ombragés. Il est toujours en activité et c’est un plaisir de contempler le va-et-vient des petits bateaux.


À proximité, pendant les deux mois estivaux, vous pouvez goûter les produits du terroir ainsi que déguster un verre de Médoc à la Cabane du Douanier.


Côté patrimoine, à 350 m du port, il est intéressant de s’arrêter devant l’église Saint-Christophe. De l’église romane originelle du XIIe siècle, en partie conservée, subsistent les chapiteaux extérieurs des deux absidioles, inscrites aux Monuments Historiques.

Saint-Christoly-Médoc

à ne pas rater : Petits pains artisanaux, le mercredi matin

Découvrez le pain artisanal pétri à la main et cuit dans un four chauffé au bois, un véritable retour aux sources de la boulangerie traditionnelle. Chaque pain de 500g, préparé exclusivement avec du levain naturel, promet non seulement un goût exquis mais aussi une meilleure digestibilité.

Le choix s'étend des classiques pains boulés à des créations plus audacieuses comme les pains spéciaux aux figues, raisins et noix, offrant une richesse de saveurs qui saura ravir les palais les plus exigeants.

Ce pain unique est disponible chaque mercredi matin au port de St Christoly de Médoc, tout au long de l'année. Venez vivre l'expérience d'un pain authentiquement artisanal, où chaque miche raconte l'histoire d'un savoir-faire préservé avec soin et passion.

Les vignobles
du médoc

Si le Médoc est connu dans le monde entier, c’est bien évidemment pour ses vins prestigieux. Le chemin d’Amadour traverse une partie de ce terroir de référence.

 

D’origine antique, le vignoble bordelais se développe à partir du XIIe siècle avec le mariage d’Aliénor d’Aquitaine et Henri Plantagenêt, futur roi d’Angleterre.

De nombreux débouchés commerciaux s’ouvrent donc, ce qui a permis l’essor de la production de vin. Au XVIIIe siècle, Pauillac possédait même une verrerie pour produire les précieux flacons.

 

Le classement des Grands Crus Classés de 1855 du Médoc classe les châteaux concernés au sommet des vins mondiaux. Certains grands crus sont ouverts au public, laissez-vous tenter par une visite guidée en terminant bien sûr par une dégustation. 

Le petit port de la maréchale à
Saint-seurin-de-Cadourne

Admirablement positionné dans une courbe de l’estuaire, entouré d’une belle roselière, le petit port de la Maréchale à Saint-Seurin-de-Cadourne accueille bateaux de plaisance et quelques bateaux de pêche.

 

Des pêcheurs locaux y vendent crevettes, anguilles et mules. L’endroit, avec sa jetée en vieux pavés, est empreint de calme et sérénité.

Une stèle érigée en l’honneur des disparus en mer rappelle que le métier de marins est risqué.

 

Les bateaux de pêche, appelés aussi « pibaliers » possèdent de longs bras articulés, fixés à même la coque qui soutiennent les ailes de filets à mailles très fines (appelés pibalous), qui les font ressembler à des libellules. Immergés en position de pêche, ils sont surtout destinés aux pibales ou civelles.

Les anciens
marais et Carrelets

Le chemin d’Amadour longe les marais, aménagés par l’homme et dont les terres sont aujourd’hui transformées en prairies pour la récolte du foin, où paissent des troupeaux de bovins.

 

Ces zones humides, d’autre part, sont un milieu privilégié pour toutes les espèces d’oiseaux : cigognes, aigrettes et hérons cendrés… mais aussi pour les mammifères, amphibiens, reptiles et insectes. 

Rares et fragiles, les carrelets, ces cabanes sur pilotis font partie intégrante du patrimoine estuarien et sont souvent détruites par les tempêtes… et reconstruites aussitôt.

Leur édification est réglementée : en bois, les dimensions ne doivent pas dépasser les 20 m2 pour la plate-forme et 10 m2 pour le cabanon et un mètre de large pour la passerelle.

Les constructions doivent s’intégrer au paysage enarborant des couleurs discrètes : couleur sombre pourles pieux et la passerelle, couleur gris clair pour les gardecorpset la cabane abri.

Pauillac
et
l'île de PATIRAS 

Pauillac est mondialement célèbre pour ses dix-huit grands crus classés. Ses quais s’étendent sur plus de 1300 mètres, ce qui en fait la façade fluviale la plus longue du département de la Gironde. Superbes, ils sont le reflet de l’opulence et d’un certain âge d’or de la ville aux XVIIIe et XIXe siècles : de magnifiques façades, malgré une diversité de styles, constituent une belle harmonie architecturale.

 

La promenade en bois des quais est agrémentée de pontons d’observation qui permettent d’avoir un point de vue magnifique sur l’estuaire de la Gironde. Sur le port de plaisance trône une maquette commémorant le départ de La Fayette pour l’Amérique. Ce port de plaisance inauguré en 1977 dispose de nombreux emplacements pour les bateaux de plaisance. Il abrite également un certain nombre de bateaux de pêche reconnaissables à leurs grands filets verticaux, qui sont là pour vous rappeler qu’on pêche dans l’estuaire des crevettes, des aloses, des lamproies et ces fameuses civelles ou piballes, bien connus de tous les gastronomes. Premier port de l’estuaire, son cercle nautique est l’un des plus anciens de France.

Depuis les quais, une île se distingue : l’île de Patiras. Une terre d’estuaire au passé mouvementé. Les archives locales attestent de cette île en 1625. Au départ destinée aux cultures, elle joua également le rôle de zone de quarantaine pour les marins malades arrivant des colonies. Un phare y a été installé sous Napoléon III, toujours présent aujourd’hui le phare a guidé pendant plus de 100 ans les navigateurs de l’embouchure girondine.

Amadour.png

Les histoires d'Amadour

METTEZ VOS PAS DANS LA LEGENDE

Savez-vous qu’il existe à Pauillac une réplique de la grotte de Lourdes ? En effet, quelle surprise de tomber au milieu des vignes, sur ce lieu de culte dédié à Notre-Dame. Anne-Françoise Averous, héritière d’un vignoble, a fait construire la grotte d’Artigues en 1897. 

 

Selon l’histoire, elle échangeait chaque année un tonneau de son vin contre un tonneau rempli d’eau bénite de Lourdes. Les vignes, alors arrosées de cette eau miraculeuse, étaient protégées des maladies comme le dévastateur phylloxera. 

 

La grotte est accessible par une petite route avant l’entrée à Artigues. On y retrouve une statue de la vierge et un autel recevant de nombreux ex-voto derrière une grille. C’est un lieu de pèlerinage, mais aussi une halte pour le promeneur. A l’occasion, buvez de l’eau de la fontaine, elle serait miraculeuse.

Saint-Veronique.jpg
Hébergement étape 3

HEBERGEMENTS

Pour de plus amples renseignements sur les hébergements : 

Office de tourisme Médoc Vignoble - 05 56 59 03 08

Carte-mini-etapes_edited.jpg
Suricate.jpg
bottom of page